100 ans au service de la paroisse

Nou connaître

Les débuts

L’histoire de la Mútua Elèctrica de Sant Julià de Lòria commence au moulin communal. Là où les paroissiens prenaient à moudre le blé pour faire de la farine, les moles poussées par le courant de la rivière. Cela se produit au moment où le monde est sur le point de connaître le déclenchement de la Grande Guerre, dans un pays qui venait de lancer la route. Une infrastructure de base dont j’avais tant rêvé.

Sant Julià, 1913. Toute la ville accepte d’aller de l’avant avec un projet de production d’électricité. En Andorre, il existe déjà une petite centrale hydraulique, propriété de Tabacalera Andorrana S.A., sur le Roc de Les Anelletes (Andorra la Vella), construite dans la première décennie du siècle pour le fonctionnement de la fabrique de tabac et qui, la nuit, illumine Andorra la Vella et Escaldes. Plus tard, en 1921, l’énergie de cette centrale a servi à desservir les paroisses de La Massana et Ordino. La singularité de l’initiative de Sant Julià rae dans la collaboration de toutes les familles de la paroisse, que le document de concession des terres où la turbine sera installée, du 4 janvier 1914, laisse brevet dans le premier point. Le pacte a été scellé par la Commune, Mariano Betriu, avec Francisco Cairat, Pere Canturri et Juan Canturri, président, trésorier et secrétaire de la nouvelle Mútua Elèctrica. « Chaque personne résidant dans cette paroisse dispose d’un délai de trois mois, à compter d’aujourd’hui, pour pouvoir faire partie de la société. Ce caractère inclusif de l’institution est souvent souligné comme l’une des clés de la permanence, de l’utilité et de la vitalité de la Mútua. Dès ses débuts, Mútua est née pour tous.

En 1914, la Mútua fournissait déjà de l’électricité à la ville de Sant Julià. Elle a autorisé la consommation de fers à repasser et de tables de chevet allumés artificiellement, comme les couturières et les tailleurs, pour un prix de trois pesetas par an. La fourniture a été effectuée à partir de certaines heures. En été, de 19 h à 4 h du matin. Et en hiver, à partir de cinq heures de l’après-midi. L’automne a été la saison la plus compliquée pour la production d’électricité.

A cette époque, le Conseil général d’Andorre considérait les ressources naturelles de la Principauté comme un moyen possible d’obtenir des infrastructures par le biais de concessions à des entreprises étrangères, l’économie du pays n’ayant pas généré l’accumulation nécessaire pour réaliser les investissements nécessaires. Ainsi, au cours du premier tiers du XXe siècle, il y a eu une activité assez intense d’octroi des concessions les plus variées, dont la plupart n’ont jamais été exécutées.

Tout au long de l’histoire, la principale préoccupation du Conseil Général a été l’entretien adéquat des chemins piétonniers ou de cavalerie. Jusqu’au début du XXe siècle, la route de Soldáis au Pas de la Casa n’était pas construite du côté français et, à l’intérieur, la route d’Andorra la Vellaa à Escaldes et Encamp. Il s’agissait de routes de trois mètres de large, construites par le même Conseil. Du côté espagnol, le copríncep Benlloch réussit à faire payer à l’Espagne la route entre la frontière et la Plaza de Andorra la Vella, inaugurée en 1913.

 

 

 

 

Fhasa

La concession pour l’exploitation des ressources en eau d’Andorre a finalement été obtenue par la société Fuerzas Hidroeléctricas de Andorra S.A. et, après l’abandon susmentionné, par la société Fuerzas Hidroeléctricas de Andorra S.A. (Fhasa). Une société constituée avec des capitaux espagnols et français qui a établi, dès le début, que la participation éventuelle du capital andorran devrait être souscrite par les deux parties.

Le Conseil approuve la concession à Fhassa en mars 1929, ratifiée par les coprinces entre août – la coprince française – et septembre – l’évêque d’Urgell. Le contenu de la concession comprend l’exploitation de trois chutes d’eau pendant soixante-quinze ans, l’exploitation des ressources minérales pendant dix ans et le monopole de la publicité dans toute la concession. En contrepartie, Fhasa a dû payer un canon annuel d’une valeur progressive de 25 000 pesetas, de 1945 jusqu’à la date de la fin de la concession. Fhasa a également assumé la création d’un service uniforme et ordonné pour maintenir l’entretien et le bon fonctionnement des installations. Ce service a commencé en mai 1931. 10% de l’électricité produite a également été réservée à l’Andorre à un prix spécial. De même, Fhasa s’est engagée à réaliser les routes d’Andorre la Vieja à Escaldas, d’Encamp à Soldeu et d’Andorre la Vella à Ordino, entre autres.

En août 1931, le premier saut auxiliaire est entré en service. L’Andorre disposerait alors d’une alimentation électrique de jour. En octobre 1935, l’assemblée générale de la Mutua de Sant Julià accepta d’accorder à Fhasa l’autorisation de commencer les travaux de connexion au réseau Sant Julià. La centrale électrique du moulin était en service jusque-là, mais elle était devenue trop petite.

La distribution électrique de la Vila de Sant Julià a été assurée par Mútua, fournie par Fhasa. En dehors du village, il était responsable de la société Electricidad Andorrana S.A., filiale de la société franco-espagnole créée à cet effet.

La concession de Fhasa, mais, elle était contradictoire dès le début. Les tensions entre le Conseil général et le concessionnaire et le sentiment de manque d’approvisionnement pour les citoyens ont motivé l’action d’un groupe d’Andorrans qui, en 1970, a fait sauter un pylône à La Margineda. L’explosion de l’artefact a laissé la paroisse de Sant Julià sans lumière. Tout au long de cette décennie, la proposition de nationalisation de Fhasa est parvenue à l’Assemblée de la Magna, qui a voté contre, arguant du manque de moyens et de personnel nécessaires pour assumer un service public potentiellement déficient.

A Sant Julià, les négociations avec Fhasa et la filiale EASA ont conduit Mutua à acquérir l’ensemble du réseau de distribution que l’AESA avait pour la paroisse. En mai 1977, sous la présidence de Ricard Tor i Orilla, la Mutua devient le distributeur exclusif pour l’ensemble de Sant Julià. Une initiative visionnaire et, à long terme, fructueuse d’un point de vue commercial, mais qui à l’époque impliquait « de terribles problèmes économiques », selon Francesc Roca, puisqu’il a dû assumer l’installation de nouvelles lignes pour le service des chambres et la rénovation de certaines de celles déjà déployées par EASA.

Feda

Le conflit entre les institutions andorranes et Fhasa est resté latent jusqu’en 1988, année où le chef du gouvernement Josep Pintat i Solans a proposé à l’Assemblée générale le sauvetage de la concession, approuvée à l’unanimité. L’entreprise franco-espagnole cesse prématurément et le gouvernement achète la totalité du patrimoine électrique de l’entité pour 3.500 millions de pesetas afin de racheter pour le patrimoine national le leadership dans le développement du secteur électrique. Josep Cases Barón, alors président de la Mútua, se souvient de ce moment comme  » une étape importante « . Le pays a récupéré la source d’énergie, qui était entre les mains d’une société étrangère. C’était une société totalement spéculative. » Pour Albert Pintat, alors secrétaire personnel du chef du gouvernement, « c’était l’aboutissement d’une lutte que le Mútua avait menée en première ligne, parce que c’était le seul qui savait résister à un type d’impérialisme économique que Fhasa avait envers les récalcitrants de Sant Julià ». Albert Pintat trouve que le président Joan Pintat i Solans – son oncle – avait « la volonté, la poussée et le soutien parlementaire pour récupérer l’initiative en termes de production d’énergie ».

 

Francesc Roca explique qu’il est intervenu « parce que, comme nous avions une bonne relation [avec le chef du Gouvernement], il m’a crié à plusieurs reprises de me montrer les budgets qu’il présentait et de voir ce que je pensais des prix ». Roca se souvient de la « grande direction » de Josep Pintat i Solans : Il a tout fait. Quand il a eu les chiffres clairs, il a appelé le Conseil et a dit : « C’est à cela que nous avons affaire. Comme je suis bien conscient que l’affaire Fhasa est une épine dans le pied et qu’elle crée également des problèmes et des difficultés, le gouvernement est parvenu à la conclusion de l’acheter. Il avait un soutien unanime. »

Il en est résulté la création de l’entité parapublique Fuerzas Eléctricas de Andorra, Feda, créée le 14 janvier 1988 avec pour objet social la production, l’importation et la distribution d’énergie. Elle est également habilitée à exercer des activités de cogénération d’électricité et de chaleur utile et de trigénération, de commercialisation du froid et de la chaleur qui en résultent et d’achat d’énergie électrique produite par d’autres personnes physiques ou morales en Andorre à partir des énergies renouvelables.

Le grand changement: les années 90

En 1990, la Mútua a entamé un dialogue avec un nouvel acteur public avec le défi d’étendre, de consolider et de transformer le réseau électrique de Sant Julià en un réseau homologué aux normes internationales.

Josep Cases Barón a commencé la décennie en tant que président du Conseil d’inspection et d’administration, conscient qu’il faudrait investir et renforcer le réseau électrique. Dans le même temps, 1992 a vu l’idée d’enterrer les lignes à l’intérieur du village après la programmation de l’ouverture de la capitale de Mútua. Manel Torrentallé, directeur général, explique que « la Mútua était composée de 140 anciens actionnaires », et qu' »elle devait être comme elle a toujours été : une chose du peuple. Avec cette augmentation de capital, nous sommes devenus 490 actionnaires » et nous avons collecté « l’argent que nous avons utilisé pour faire le plan d’infrastructure électrique ».

L’ouverture des tranchées pour enfouir les lignes électriques amène la Commission à envisager d’offrir de nouveaux services aux abonnés. Le Président Josep Cases s’était rendu aux États-Unis, où ces types de moustiquaires – implantées depuis les années 1940 – connaissaient une période d’expansion. L’application de ce service à Sant Julià a été un succès : « nous sommes passés de cinq chaînes de télévision à plus de trente », se souvient Casas. « Les habitants d’Andorre et d’Escaldas sont descendus à Sant Julià pour assister aux matchs de football, parce qu’ils n’ont pas vu les autres paroisses ». Par Daniel Bastida, recteur de l’Université d’Andorre, avec le projet de distribution de signaux de télévision par câble « Mútua était un leader. Il a été dit à quel point il n’était pas évident non plus que c’était la voie à suivre. Et c’est une solution technologique qui a fait ses preuves et qui est mise en œuvre partout. L’ancien ministre Ferran Miralpeix rappelle que l’offre a été « très bien reçue ». Agustí Marfany Puyoles, président de 1995 à 2000, pose le câble comme un exemple des potentialités de Mútua: « L’Andorre a eu besoin de quinze ans pour poser le câble partout. Nous l’avons depuis dix ans maintenant. Un service à un prix très bon marché que nous avons fait beaucoup plus tôt et mieux que l’Etat.

Le réseau câblé – numérisé depuis 2005 – permet non seulement la distribution de signaux de télévision (actuellement plus d’une centaine de chaînes). Les potentialités sont énormes, puisque le câble qui a été prolongé dans son moment est robuste et de qualité. Pour déployer ces nouvelles possibilités, avec un service et des prix compétitifs, il suffirait d’obtenir l’approbation des institutions.

Cogénération

Il est certain que tous les projets qui ont fait partie du conseil d’inspection et d’administration ne se sont pas tous bien déroulés. Ils ne sont même pas dans le dossier. Dans cette catégorie, il y aurait, par exemple, la création d’une compagnie d’assurance « complémentaire au CASS », explique Torrentallé. Une banque a également été envisagée. « Une institution financière, la Mútua, peut-elle le faire? Les lois le permettent », dit le directeur général.

Un projet emblématique qui a été abandonné en raison des circonstances a été la centrale de cogénération en bordure de la frontière espagnole, prévue sous la présidence d’Agustí Marfany. L’approche était basée sur la viabilité économique de la Mútua: « Nous avions besoin d’argent, et l’obtenir par notre activité principale était très difficile dans une entreprise où l’on est marqué par les marges de la Feda et du gouvernement. L’émergence de projets de cogénération au gaz sur le territoire espagnol a suscité l’intérêt de l’Office. « Puisque Mútua produisait de l’électricité à l’origine, pourquoi n’en produirions-nous pas? Cela aurait résolu tous ces problèmes de dépendance pour nous.

La Mútua a négocié avec Enagás, le distributeur de gaz espagnol, l’arrivée en Andorre d’une branche du gazoduc prévu pour La Seu d’Urgell. Le projet prévoyait la production d’électricité et la distribution de gaz et d’eau chaude à la paroisse. Il a été bloqué, en premier lieu, par un rapport technique négatif de Feda. L’opinion publique était d’ailleurs réticente à l’arrivée de ce carburant. La population était encore très sensibilisée par l’accident du gisement de gaz de La Massana suite aux dernières grandes inondations survenues dans le pays, en 1982. Malgré cela, aucun des deux obstacles n’aurait constitué un véritable obstacle, selon les responsables de ce conseil. Les négociations ont été suspendues lorsque Feda a proposé aux quatre distributeurs territoriaux du pays (Mútua, Norte Andorrano, Sercensa et Unión Eléctrica de Encamp) de rejoindre une société qui devait fournir un service sur tout le territoire andorran. Andorran Nord et Mutua se sont réunis. C’est le début de la création de Fedasa.

Water raft of Arcalís

La renaissance de la Mútua

La fusion frustrée avec Feda a laissé la Mútua touchée dans les structures internes, et très faible par rapport au réseau. L’institution avait d’abord et avant tout besoin d’un directeur technique qui pouvait s’acquitter de cette tâche. « Nous avons dû trouver la bonne personne pour la direction technique, explique Alvarez Marfany, et c’est arrivé par hasard. En 2001, Emili Grau Tor, président de Mútua, est décédé au début des années 80, très engagé dans l’institution. Son fils, Joan Carles Grau, ingénieur en télécommunications, est retourné pendant quelques jours à Sant Julià de Barcelone, où il a travaillé. « Je lui ai offert la direction technique de la Mútua, dit Àlvarez Marfany. « Je ne sais pas ce qui lui est arrivé, mais il a dit oui. »

Joan Carles Grau, Johnny, a procédé à la restructuration des lignes dont la paroisse avait besoin. « Nous avions un sapin de Noël, se souvient Carles Àlvarez, n’importe quel problème dans une pièce faisait sauter tout le village à la lumière. Le nouveau directeur technique a constaté que « pendant douze ans, les investissements ont été reportés. Nous avons eu un problème : il y avait souvent des pannes « , dit Grado. Le plan était « très ambitieux et prévoyait de faire en seulement trois ans ce que Fedasa avait promis de faire en une douzaine. C’est alors que commence la robustesse actuelle du réseau de la Mútua. Le directeur technique défend qu’aujourd’hui sa capacité est bien supérieure aux besoins actuels et qu’elle pourrait absorber la consommation attendue d’ici 50 ans. L’actuelle présidente de la Mútua, Joan Albert Farré, assure que  » le service du réseau électrique est consolidé et actualisé. Les processus d’investissement et d’amélioration ne sont plus au centre de l’attention, parce que les pannes de courant, tout ce que nous avions subi, nous les avons déjà surpassés, nous l’avons déjà atteint.

En 2007, avec l’aide de la Commune, la Mútua entre dans le capital du parc thématique Naturlandia. L’argumentation du Conseil vient de l’énoncé même des principes des Statuts de 1914 : l’attrait touristique représente une autre composante du progrès pour la paroisse. « Naturlandia est sur cette voie, et elle doit être une source dans le pays pour générer des ressources et attirer le tourisme, et tout le pays doit en bénéficier », souligne Josep Pintat Forné, consul major de Sant Julià de 2004 à 2012. De plus, pour Ferran Miralpeix, « Naturlandia a besoin d’électricité ; c’est un pôle important dans le pays, non seulement pour la paroisse parce qu’il couvre deux aspects : le premier, le développement paroissial, et le second fait directement référence aux mutualistes car, finalement, si on consomme plus d’énergie, ils pourront avoir plus de dividendes ».

Quant à l’activité principale de la Mútua, l’analyse du secteur de l’électricité porte la directive à repenser la nécessité de produire de l’énergie, « toujours d’un point de vue écologiquement durable », défend Farré.

L’analyse repose sur les mêmes prémisses que celles qui nous ont poussés à travailler sur le projet de centrale de cogénération : les marges intermédiaires de la distribution électrique laissent très peu de marge de manœuvre à l’entreprise. Pour le président, la composante du filet environnemental est incontestable. Et le moteur de l’approbation légale est le Livre Blanc sur l’Energie publié en 2012, dans l’élaboration duquel la Mutuelle a joué un rôle actif. La clé du retour est la dépendance énergétique de l’Andorre – elle importe 85% de l’électricité qu’elle consomme – et la vérification technique que la capacité d’importation d’électricité des pays voisins est sur le point d’atteindre le maximum permis par les infrastructures reliant l’Espagne et la France. C’est une des différences avec l’approche de la centrale de cogénération de la fin des années 90 : il existe un document technique qui recommande dans le pays de travailler sur la production d’énergie nette à partir des ressources naturelles du pays.

Fedasa

« Cet autre projet était encore mieux, car il aurait consolidé la Mútua. Nous avons gardé nos prérogatives et cela nous a garanti un revenu. Agustí Marfany a quitté la présidence de la Mútua à un moment où la création de la nouvelle Fedasa devait être votée par le Conseil général. Carles Àlvarez Marfany lui a succédé. La démission est devenue effective parce que Marfany Puyoles avait un siège, et considérait qu’elle aurait été de l’art et aurait participé au vote.

Fedasa a passé la procédure parlementaire et les amendements à tous les groupes d’opposition, qui ont considéré que l’entrée de participations privées dans une société parapublique faisait des citoyens des « clients obligés d’une société anonyme à capital privé », et qu’un « monopole privé » était créé. Ils ont également mentionné le « déséquilibre dans les contributions des entités fusionnées » et une « inconstitutionnalité possible » qui, après tout, ce qui, une fois la nouvelle société constituée, a fait reculer l’ensemble du processus.

Le 27 octobre 1999, le Journal officiel de la Principauté d’Andorre (BOPA) a publié la loi portant création de la société publique Fuerzas Eléctricas de Andorra, S.A. Ce texte reconnaît que Feda a atteint les objectifs pour lesquels elle a été créée, a amélioré les conditions de service et a préparé les infrastructures du pays à « affronter en confiance les défis du XXIe siècle ». La loi a jugé « approprié » de promouvoir la restructuration du secteur de l’électricité en Andorre, en indiquant qu’il était « techniquement souhaitable que le service soit entre les mains d’un seul opérateur qui, pour maintenir son indépendance énergétique, doit être national », compte tenu de la « petite dimension géographique de la Principauté ».

La loi a dissous l’entité publique Feda afin de créer, au lieu de cela, une société par actions qui devait recevoir le même nom, et qui devait inclure Mútua y Norte Andorrano dans la participation et en même temps devait soustraire de l’intégration des deux autres distributeurs. Mútua Eléctrica et Norte Andorrano ont apporté toutes les installations à la nouvelle société et ont conservé une participation de 6,7% et 9,2%, respectivement.

La nouvelle société a commencé son voyage. Mútua défait l’ensemble de son appareil de commande électrique. Dans le même temps, la Cour constitutionnelle a accueilli le recours en inconstitutionnalité dont l’opposition avait déjà fait allusion dans le débat sur les amendements à l’ensemble.

Il ne s’était pas écoulé six mois depuis la publication de la loi portant création de Fedasa, lorsque la BOPA elle-même avait publié, le 12 avril 2000, la décision de la Cour constitutionnelle concernant le recours en inconstitutionnalité 99-1-L, rendue le 7 avril 2000. La résolution du pouvoir judiciaire a considéré l’inconstitutionnalité de la création de la nouvelle société et a déclaré la nullité radicale, tant de la loi que des effets produits pendant sa durée de validité. Elle a considéré qu’elle a prouvé qu’elle proposait un « traitement juridique différencié », favorable aux sociétés invitées à participer à la fusion – la Mútua de Sant Julià, Norte Andorrano, Sercensa et la Mutua de Encamp – et que ce traitement était justifié, mais que « malgré la légitimité constitutionnelle des objectifs, les moyens utilisés ne le sont pas. Et, par conséquent, nous devons affirmer que la loi viole le principe constitutionnel de l’égalité. Elle a également fait valoir que le texte normatif violait le principe de sécurité juridique.

Fedasa a dû se défaire et tout a dû revenir à la situation précédente. « Nous avons perdu beaucoup de plumes, dit Torrentallé. « Nous avons aussi découvert, ajoute-t-il, que Feda gagnait plus d’argent que la Mutua en tant que fournisseur. Le président qui a vécu la sentence constitutionnelle, Carles Àlvarez Marfany, explique qu’ils ont dû « repartir de zéro, vraiment, surtout en termes de personnel. Et puis nous avons dû remonter les structures, parce que, qu’on le veuille ou non, pendant toute la durée des négociations avec Feda, la garde avait été baissée, retardant les investissements.

A partir de maintenant

L’autre différence respecte la situation vécue en 1999 du fait qu’en 2010, l’Association des entités du secteur de l’énergie a été constituée, formée par les quatre distributeurs territoriaux. « Nous avons également invité Feda, mais elle a décliné l’invitation au motif que ses statuts ne lui permettaient pas d’y participer « , déclare Josep Muntané, président de Norte Andorrano et AESE.

Le partenariat avec AESE a permis à la Mútua Eléctrica de Sant Julià de Lòria, Norte Andorrano, Sercensa et Mútua de Encamp de négocier d’une seule voix avec Feda et le gouvernement, ainsi que de faire des achats communs. La principale tâche effectuée au cours des premières années de vie, mais, a été la participation à la préparation du Livre blanc sur l’énergie, et la projection, sur la base des recommandations de ce document, de huit unités de production électrique. De ces huit unités, six sont des unités hydrauliques et les deux autres sont des éoliennes. L’objectif de ces mini-centrales électriques est de contribuer à modifier le bilan énergétique du pays, qui est actuellement très négatif. L’Andorre importe 83 % de l’énergie électrique qu’elle consomme. AESE, avec Mútua Eléctrica et Norte Andorrano en tête, cherche à réduire ce quota en utilisant les ressources naturelles et les énergies renouvelables.

Parallèlement au développement des projets communs avec AESE, qui seraient gérés par une société anonyme nouvellement créée, Productora Eléctrica Renovable S.A. – avec la participation de Mútua et Norte Andorrano S.A., plus l’entrée d’actionnaires privés – Mutua travaille pour attirer de nouveaux projets dans le domaine de l’énergie et des nouvelles technologies, qui peuvent être liés au but social en vigueur dès 1914.

Parce que tout ce qui représente une avancée pour Sant Julià de Lòria entre dans le champ d’action de la Mútua. C’est ce qu’avait prévu le groupe de lauréats visionnaires qui, l’année de l’arrivée de la route, alors que le monde était sur le point de vivre la Grande Guerre, ont illuminé le village, profitant de la force du fleuve. En 2016, afin de pouvoir poursuivre ses projets futurs, Mútua Eléctrica devient Mútua Eléctrica de Sant Julià de Lòria SA.

Cadi Telecom

En 2016, la société AVATEL offre à Mútua la possibilité d’investir dans un opérateur de télécommunications à La Seu d’Urgell. C’est la naissance de la Compañía Pirenaica de Telecomunicaciones, Cadi S.L.

Cadi Telecom compte actuellement environ 1 500 abonnés à la fibre optique et 1 000 à la téléphonie mobile. Cablemutua de Servicios SLU, société dans laquelle Mútua Eléctrica de Sant Julià de Lòria S.A. détient une participation de 60% dans Cadi Telecom.

 

Central de Arcalís de PERSA

Persa

En 2015, le gouvernement publie la réglementation de l’activité de production d’électricité dans les centrales mini-hydrauliques de moins de 500kW et raccordées au réseau.

PERSA présente 8 projets de mini-centrales hydrauliques.

En juin 2016, la construction de la mini-usine d’Arcalís, d’une puissance maximale de 450 kW et d’une production estimée à 2.000.000 kWh, a commencé, fruit de la collaboration avec la Hble. Commun d’Ordino et de SECNOA. En janvier 2017, il sera mis en service.

La construction a été faite avec des critères environnementaux favorisant les énergies alternatives, l’eau de l’étang Canaleta, qui, lorsqu’elle n’est pas utilisée pour faire de la neige, produit de l’énergie. Cela a permis à la station du secteur de Vallnord Arcalís d’être la première station d’Europe et probablement de la mienne en produisant l’énergie nécessaire pour alimenter la station en énergie renouvelable utilisée dans le domaine d’exploitation de celle-ci.

SANT JULIÀ DE LÒRIA

A unique natural environment

Vista general de Sant Julià de Lòria a principis del segle XX. Foto: Arxiu M.Mas.
« Installation de la ligne électrique reliée à la Molí Fariner
(photo Fundació Julià Reig) « 

100 ans

Cette société, conçue et créée au service de la paroisse, a cent ans d’existence. C’est la cohorte nécessaire pour continuer et persévérer dans cette tâche commune. En souvenir et en hommage aux personnes qui ont rendu ce jalon possible:

Sr. Francisco Cairat Freixes

Sr. Francisco Cairat Freixes

1er président du conseil d'administration de la Mútua Elèctrica de Sant Julià de Lòria.

Photo: Dossier Família Cairat.

Sr. Pere Canturri Moles

Sr. Pere Canturri Moles

1er vice-président du conseil d'administration et trésorier du conseil d'inspection et d'administration de la Mútua Elèctrica de Sant Julià de Lòria.

Photo: Dossier Família Pere Canturri.

Sr. Joan Canturri Pallares

Sr. Joan Canturri Pallares

1er secrétaire du conseil d'administration de la Mútua Elèctrica de Sant Julià de Lòria.

Dossier: Famille Joan Canturri.

Sr. Julià Reig Roqueta

Sr. Julià Reig Roqueta

1er président du conseil d’inspection et d’administration de la Mútua Elèctrica de Sant Julià de Lòria.

Photo: Dossier Família Reig.

Sr. Anton Huguet

Sr. Anton Huguet

1er vice-président du conseil d’inspection et d’administration de la Mútua Elèctrica de Sant Julià de Lòria.

Photo: Dossier Família Pujol.

Sr. Agustí Marfany

Sr. Agustí Marfany

1er secrétaire du comité d'inspection et d'administration de la Mútua Elèctrica de Sant Julià de Lòria.

Dossier: Dossier Famille Agustí Marfany.

Téléphone

+376 741 700

Emplacement

Av. Francesc Cairat, 28, Sant Julià de Lòria
Email
mutua@mutuaelectrica.com

Calendrier

Du lundi au jeudi: 
De 9h à 14h et de 15h à 19h
vendredi: 
De 9h à 15h

Urgences: 24 h

ÉCRIVEZ-NOUS

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies